Tribulations d'un couple heureux!

Accueil & Préparatifs

Voyager en couple pendant 1 an… c’est comment?

15267741_10153891496421428_328532511410928764_n

Voyager en couple. source d’anxiété et d’angoisse pour certains, évidence pour les uns ou encore motivation nécessaire pour les autres…. Prendre la route à deux est quoi qu’il arrive une décision lourde de conséquences et qui suscite bien des appréhensions.

Et qu’elles sont légitimes ces appréhensions! Partager sa vie avec quelqu’un lorsque l’on est sédentaire, actif et que notre quotidien s’inscrit dans une certaine routine, OK.
Mais partager ses jours et ses nuits sans interruption pendant plus d’un an. Ça peut faire flipper! Et quand on y ajoute la fatigue inhérente à un voyage de cette nature, et l’éventuel mal du pays… ça s’apparente à une bombe à retardement!

Et bien rassurez-vous. il est très rare que celle-ci n’explose.

p1160424Dans le nord de la Birmanie

Nous avons en effet rencontré au cours de notre périple, principalement en Asie, de nombreux couples voyageant sur plusieurs mois. Européens pour la plupart et souvent mixtes (franco-espagnols; franco-allemands…), ils filaient selon leurs dires, et les apparences semblaient l’accréditer, le parfait amour. Néanmoins, tous connaissaient l’histoire du couple s’étant séparé 3 semaines après le départ. Ou celle du couple en lune de miel repartant… divorcé. Mais aucun d’eux n’eut la chance d’échanger avec les couples en question! Légendes avez-vous dit?

Possible, mais il n’en demeure pas moins que le voyage à deux n’est pas une sinécure et qu’il requiert de la part des partenaires des efforts soutenus et continus.

Venons-en donc à notre expérience personnelle.

DSCN2348

De mon côté, je partais clairement dans l’inconnu et la boule au ventre. La famille et les amis s’inquiétaient alors des destinations « sensibles » qui nous attendaient. Moi, ma seule préoccupation était de savoir si j’allais supporter ma chère et tendre épouse 24/7 et si, en voulant la surprotéger, j’allais tout de même profiter à fond de l’incroyable aventure qui se présentait à nous!

Et pour cause, ma seule expérience de voyage longue durée avait été faite en solo. Et je n’en garde que d’excellents souvenirs.
De son côté Astrid avait mis à profit cette aventure à deux pour se motiver. Elle me l’avoua plus tard, jamais elle n’aurait entrepris seule le voyage en Afrique. Tout simplement car elle n’en ressentait pas forcément l’envie (je ne la remercierai jamais assez pour sa détermination, son altruisme et sa volonté de réaliser l’un de mes rêves).

P1070991

Au fil des jours, j’ai bien vu qu’il n’y avait pas lieu de la surprotéger la Astrid. Elle est faite forte et a son caractère bien trempé. Et ce ne sont pas les hôtels miteux dans lesquels nous cohabitions avec cafards et grillons ou encore les bouisbouis insalubres dans lesquels il nous est arrivé de partager nos plats avec les rats qui l’ont rebutée.

Je restais malgré tout particulièrement attentif à ses moindres grimaces ou froncement de sourcils afin de parer à toute explosion ;.)
Elle n’a pas l’habitude de se plaindre ma chérie. Pourtant, elle a socialement souffert lors de nos premiers mois de voyage. Il faut dire que nous n’avions pas choisi les pays les plus « faciles » dans la première partie de notre périple.
Sa transformation de « mexicaine/pauvre du tiers-monde » à « blanche/porte-monnaie sur patte », l’accumulation de « relations » intéressées ou encore la dureté de certaines femmes africaines à son encontre lui ont porté quelques coups au moral.

P1060379
C’est à ces occasions que nous avons eu nos deux principales prises de bec. Le message est passé. Dans les deux sens. Et l’aventure s’est poursuivie sans entraves. Mieux, elle est allé en s’améliorant. Une complicité nouvelle s’est installée. Des automatismes apparurent.
On se fait rire. On se motive. On veille l’un sur l’autre… et on s’aime, comme au premier jour. Non. Mieux!
Ce voyage nous a vraiment fait grandir en tant que couple et nous a fait rajeunir en tant qu’amoureux.

Nous avons toutefois eu deux périodes « sans l’autre » au cours de cette année. Lorsqu’Astrid s’est fait une entorse en Tanzanie et lors de notre stage Vipassana au Japon. La première a duré moins de deux jours. Lorsque je l’ai retrouvé nous nous sommes embrassés comme si je revenais du front. Et après la seconde nous nous sommes installés à un café dans l’attente de notre bus et avons discuté… pendant 10 heures! Comme des amis. Comme des complices. Comme des mariés amoureux devenus inséparables. Comme deux futurs parents… ;.)

Le bébé voyageur

J-60… Émotions & fourmis dans les jambes!

Plus que 2 petits mois avant de nous envoler pour notre première étape… ma France natale!

D’ici là, un tas de paperasse à régler, 4 ans de meubles et de babioles accumulées à se débarrasser, d’agréables moments avec les amis et la famille à multiplier ou encore quelques kilos superflus à éliminer…. sans oublier bien sûr les envies à contenir, à dompter, ces envies toujours plus vives, plus intenses et plus récurrentes de prendre le sac à dos et de partir, là, soudainement…

Bref, 2 mois qui s’annoncent des plus actifs!

Pour autant, la tâche la plus ardue qui consistait à trouver un acquéreur conforme à nos (stricts) critères de sélection pour Le Pinche Francés est désormais finalisée. Et ce ne sera pas un, mais deux nouveaux entrepreneurs, Yann et Carlos, qui s’apprêtent à vivre une aventure de folie aux commandes du Pinche, du Petit Pinche, du Pinche Express et du département événementiel. Et ce n’est que le début. Le Pinche va en effet d’ici peu poursuivre sa croissance sur le plan national… Un succès dont je suis extrêmement fier.

Ce passage de témoin ne pouvait bien évidemment se faire sans une célébration digne de ce nom! Ce fut chose faite le 12 septembre! Que d’émotion les amis… j’en tremble encore à la vue des vidéos ci-dessous ;.)


 

Désormais rassuré quant à l’avenir de mon « Pinche bébé », nous nous attelons à régler le reste, du moins ce qui peut se faire ici, au Mexique ou aux US. C’est donc Astrid qui est la plus active à ce niveau-là bien que j’appréhende sérieusement mes prochaines virées au bureau de l’INM (immigration) d’Ensenada. Mais une fois ce détail réglé, à savoir si j’opte ou non pour la résidence permanente, la partie paperasse prendra réellement tout son sens en décembre, en France, avec le renouvellement de mon passeport, de mon permis international, de ma carte bancaire ou encore la demande du Carnet de Passage en Douanes… Mais ça, c’est une autre histoire….

 

 

 

Road Trip Tour du Monde: Quelques chiffres clés

Combien coûte un tour du monde? Quels vaccins? Quel équipement? Quel financement? … Autant de questions auxquelles l’infographie dévoilée ci-dessous tente de répondre.

Cette dernière a été élaborée puis généreusement diffusée par www.tourdumondiste.com. Elle se base sur une étude réalisée en octobre 2014 auprès de 524 globe-trotteurs.

Profil du globe-trotteur

 

Amour & voyage… Le 5 mars 2010, un vendredi qui a changé ma vie!

Astrid et moi en Bolivie, Salar de Uyuni 2010

Faisons une trêve. Halte aux préparatifs et au projet de tour du monde à venir. Place aux souvenirs!

Retournons à mon grand périple panaméricain de 2010. En mars. Et plus précisément le 5.

J’attends patiemment à la station de bus Greyhound de San Diego en début d’après-midi. J’attends… J’attends encore…. et je continue d’attendre… Près de 2 heures si mes souvenirs sont exacts.

Alors pourquoi me morfondre aussi longtemps assis sur mon sac à dos? Pour trois raisons.

La première: pragmatique… M’étant réveillé à Los Angeles quelques heures plus tôt avec une gueule de bois mémorable, je n’avais pas forcément l’allant nécessaire pour entreprendre une visite de la ville… Et c’est un euphémisme ;.)

La seconde: pragmatique également… Il semblerait que Lafuma ait rigoureusement étudié l’ergonomie de ses sacs à dos tant mon back-pack épousait à la perfection les formes de mon arrière-train. Pourquoi donc se priver de ce petit confort??

La troisième: irrationnelle quant à elle… Depuis de longues semaines, j’étais en contact avec plusieurs couchsurfers et couchsufeuses d’Amérique latine, dans certaines villes qui allaient jalonner mon parcours. Parmi elles, Astrid. Jolie brune mexicaine habitant Tijuana, en Basse Californie, dans l’extrême Nord Ouest du pays. Le hasard faisant bien les choses, cette dernière venait de sillonner l’Europe en « back-pack » et avait séjourné près de 3 mois dans le Sud-Ouest de la France lui permettant ainsi de s’exprimer de manière plus qu’honorable dans la langue de Molière.

Nous entretenions d’ailleurs depuis le mois de décembre des échanges Facebook réguliers portant sur des sujets aussi divers que variés. Il me tardait donc de connaître en chair et en os cette fameuse Astrid! Alors oui, elle s’est fait désirer cette Astrid… mais après tout, l’attente en valait sans doute la chandelle…

2 heures après mon arrivée, la voilà qui débarque enfin. Toute saucissonnée dans sa blouse de médecin d’un blanc éclatant. (Pour celles et ceux ne saisissant pas le terme « saucissonnée », référez-vous au paragraphe traitant du récent voyage européen d’Astrid… Vous comprendrez qu’entre la Astrid pré (celle affichée sur CouchSurfing) et post-France (celle rencontrée en chair et en os), 3 mois de fromages, pâtés, magrets de canard et pains de campagne les séparent… Ce qui nous donne, une fois convertit dans le système métrique… une bonne dizaine de kilos!!

Bref, elle s’excuse, gênée, du retard et m’explique qu’elle a été retenue à la fac de médecine et que la traversée de la frontière s’est éternisée deux bonnes heures. Je lui réponds qu’elle n’a pas à s’inquiéter. Que tout va bien.

Je la sens rassurée. Apaisée presque. Et là, soudain, elle me décoche un sourire. Ce genre de sourire contagieux, empreint de joie sincère et de caractère. Ce genre de sourire qui me rappelle que les conversions au système métrique perdent soudainement toute importance. Ce genre de sourire qui invite au partage. Un sourire simple. Un sourire heureux.

Me voilà tout guilleret, littéralement conquis par ce sourire enchanteur. Malheureusement la gueule de bois ne demeure jamais bien loin… et alors qu’Astrid avait prévu un petit pic-nic sur la plage de Coronado, à San Diego… là voilà qui resurgit! C’en est trop! Impossible de séduire mon saucisson préféré dans ces conditions. Nous décidons de rentrer. Stop au K-Mart de San Ysidro pour acheter la nourriture des chiens (40% moins cher aux US qu’au Mexique) et nous traversons à Tijuana, direction la maison familiale Palacios Aguilar.

Mon état ne me permettant pas d’élaborer de longs discours (ni la moindre bribe par ailleurs), j’abrège le dîner prétextant une petite gastro et monte me coucher.

Nous sommes le 6 mars 2010. Je fais la connaissance en bonne et due forme de la famille d’Astrid. Et plus tard ce jour-là, nous échangerons notre premier bisou sur un banc du parc El Lago… Ce même banc sur lequel, deux ans et demi plus tard, le 28 octobre 2012 pour être exact, j’allais la demander en mariage…

Et le 2 août 2014, nous débutions, ensemble et avec un enthousiasme non dissimulé, ce que le philosophe danois Kierkegaard qualifie de « voyage de découverte le plus important que l’homme puisse entreprendre »: Le mariage…!

Astrid et moi - Mariage 2 août 2014

Alors après ça, qu’est-ce qu’un tour du monde en 4L…

Tour du monde: Quel matériel techno?

Bonjour à tous!

La question du jour: Quel type de matériel techno (appareil photo, disque dur externe, laptop, caméra, smartphone, tablette…) devrons-nous emporter lors de notre tour du monde?

Épineuse question à une époque où nous sommes connectés en permanence (au moment même où vous êtes en train de lire ces lignes..;.)) et où la majeure partie des fonds nous permettant de voyager proviennent de mon travail de… marketing internet!

Que ce soit entendu: nous entreprenons ce voyage, bien évidemment pour assouvir notre soif de découvertes et d’aventures… mais également pour travailler sur nous-mêmes, sur notre for intérieur. Et dire que l’usage soutenu des nouvelles technologies ne va pas de pair avec cette initiative est plus qu’un euphémisme…

Alors quoi faire?

Renoncer aux revenus tirés de mon travail internet? Difficilement concevable tant les frais engendrés par un tour du monde en voiture semblent dispendieux (je vous invite à consulter cet article rédigé en anglais ).

Faire une croix sur d’éventuels reportages photos et vidéos? Quid de nos souvenirs quand, d’ici quelques années, nous voudrons nous replonger avec nostalgie dans cette aventureuse épopée?

Priver nos familles d’un suivi visuel rassurant via Skype, via nos photos publiées sur FB et via nos articles de blog? Je ne m’y risquerais point…;.)

Il va donc falloir faire preuve de pragmatisme pour concilier contraintes spatiales, aspirations spirituelles et nécessités technologiques.

Pour l’instant, et même si rien n’est encore figé, nous pensons opter pour l’équipement suivant:

  • Une caméra GoPro Hero 4 Silver edition (320 $ USD d’occasion)
  • Un Smartphone doté d’un bon appareil photo et d’une capacité de stockage de 32 GB minimum (iPhone 5C ou 5S) (220 $ USD reconditionné)
  • Un laptop de 13″ aux performances respectables (350$ USD neuf)
  • Un appareil photo bridge ou reflex de marque Nikon ou Canon (400$ USD d’occasion)
  • Un disque dur externe de 1TB (80$ USD)
  • 5 cartes SD de 16GB (30$ USD)
  • Un GPS avec TOUTES les cartes préchargées (150$ USD)

Soit un total approximatif de 1550$ USD.

Alors est-ce bien nécessaire? Il nous est pour l’instant impossible de l’affirmer! L’opinion de celles et ceux qui ont vécu pareille expérience est la bienvenue.

À très vite pour un nouveau post.

PS: j’en profite pour vous partager cette petite « réclam » datant de 1983 et mettant en avant les caractéristiques « tourdumondialistes » de la Renault 4L… ;.)

 

 

Le road trip commence à prendre forme…

Depuis le dernier article qui remonte à près d’un mois, les choses ont pas mal avancé quant à la préparation de notre road trip mondial.

Le choix du véhicule tout d’abord.

Longtemps hésitants entre différentes catégories de voiture/pick-up/camping-car/fourgon aménagé… nous avons finalement opté pour un véhicule à notre image:
décalé, intemporel, passe-partout, international… et surtout… doté d’un charme fou ;.) (je fais référence à Astrid bien évidemment…): La Renault 4L (version camionnette).

Pourquoi donc un choix si incongru?

  • Moteur essence (facile à réparer et à moindre coût) de petite cylindrée (peu gourmande en essence (entre 7 et 9 L / 100km).
  • Voiture reconnue pour sa robustesse.
  • la 4L s’est vendue sur tous les continents (les pièces de rechange ne seront donc pas un problème).
  • Sa valeur nominale relativement faible nous permettra d’éviter certains coûts superflus (carnet de passage notamment).
  • L’existence de nombreux modèles préparés pour le fameux 4L Trophy (4L surélevée dotée de multiples protecteurs et d’éléments de sécurité, d’un moteur et d’un embrayage généralement refaits à neufs, de nombreuses pièces de rechange…etc) et proposés à des prix plus que convenables (entre 1500 et 4000 euro).

Après avoir longuement parcouru les pages du BonCoin, nous pensons enfin être tombés sur la perle rare! Voici l’annonce en question:

L’équipage N°78 met en vente leur 4L F6 1100 cm3 prête à repartir pour l’édition du 4L Trophy 2015.

La voiture à entièrement été refaite et préparée pour l’édition 2014, toute la liste de pièces changées et préparation datent de 2014. Factures disponibles pour tous les postes.

-Moteur refait à neuf, avec reglaçage des chemises et resurfacage de la culasse. -Controle des compression après montage -Tous les joints moteurs changés -Reglages soupapes -pompe à eau neuve -roulement de galet tendeur neuf -courroies neuves -durites de refroidissement neuves -Nettoyage du radiateur -Sonde de température avec mano dans l’habitacle -Calorsta réalésé -Carburateur nettoyé aux ultrasons -Tous les joints de carbu neufs -Pompe à essence neuve -durites d’essence neuve -Cable d’accélérateur et starter neufs -Tout l’allumage neuf : Bougies, câbles, delco, alternateur, démarreur, condo… -batterie neuve sur support sanglée et coupe circuit moteur et habitacle -silencieux neuf avec ligne décapement courte avec sortie dans le passage de roue (pas écrasement sur les franchissement). -support moteur neuf -Cable de conteur neuf -Ventilateur supplémentaire à enclenchement manuel. -Lave glace électrique -Klaxon additionnel « cucaracha » -Tout les fluides et filtres vidangés et changés

-Reblaxonnage complet de la caisse Avec renforts longerons -Sabots moteur et réservoir en alu de 6mm. -verouillage de capot « dakar » -Crochets de remorquage avant arrière acier 6mm -Tous les roulements avant et arrière neuf -Tous silenbloc avant et arrière neuf -Trains roulants révisés -Disques et plaquettes neufs -Circuit de frein purgé, nettoyé et changé -Cable de frein à main neuf -Amortisseur changé en 2013 -Crémaillère de direction complète neuve -Bouchon de réservoir neuf -Deux phares xenons longue porté sur le toit -Deux phares de virage supplémentaires sur par chocs

-4 pneus neige neuf sur jantes -2pneus clous sur jantes -4 pneus neufs route sur jantes -1 roue de secours

-Planché en aluminium sur mesure (taule gaufrée) -Deux extincteurs fixés dessus -Coupe circuit sur taule alu -Sièges de 404 sur crémaillères -Multiples rangements dans l’habitacle et filets portière pour copilote -Tableau de bord aluminium avec différentes commandes supplémentaires (Phares additionnels, lave glace, ventilo…) et mano (Temperature et voltmètre). -Lampe copilote type « liseuse rallye » -porte style et pince cahier -Poste radio cd usb jack dans caisson fixé au plafonié -Planché et et doublage arrière en bouleau -Caisson de rangement derrière les sièges -Porte clés en croix sur porte arrière -Eclairage arrière indépendant

Toute la préparation à été faite de façon soignée et maniaque par professionnels (électricien, menuisier, mécano..)

Toutes les pièces changées ont été gardées en doublons et seront donnée lors de la vente.

Possibilité de gros lots de bord avec de nombreuses pièces neuves et occasion et également matériel de raid comme les fusées, sangles, manilles….

Nous avons probablement oublié quelque détails de la préparations, donc pour plus de renseignement, n’hésitez pas à nous contacter.

Après quelques contacts téléphoniques et Facebook avec l’actuel propriétaire (et ancien participant au 4L Trophy) Étienne, nous convenons d’une rencontre dans le Rhône, via Hugo (mon frangin) et son collègue Pierre-Henri (dont le père est ancien mécanicien Renault).

Hugo (qui vit à Nice) se rend donc dans la région de Lyon et, au terme d’une analyse poussée du véhicule et d’un test de conduite, nous donne sa bénédiction (bien que préoccupé par l’espace dans lequel Astrid et moi devront cohabiter durant de longs mois de voyage…). Hugo, Étienne et Pierre-Henri se chargeant de régler dans les meilleurs délais les démarches administratives… nous seront bientôt en mesure de baptiser notre « nuevo integrante de viaje »dont voici quelques images:

tour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road triptour du monde en Renault 4L - Road trip

Petit bonus musical….;.)

 

L’autre point sur lequel nous sommes tombés d’accord: Notre voyage en Afrique se fera par voie aérienne et non terrestre.

Habitué à voyager seul et de manière quelque peu aventureuse, je dois désormais penser à la première personne du pluriel et prendre conscience des risques que nous pourrions encourir (pour éviter toute représailles de la belle-mère ;.)). Après avoir fait quelques recherches et après avoir contacté quelques amis vivant sur place le constat est sans appel:

Une fois le Maroc passé, de nombreuses frontières sont tout simplement infranchissables tant les risques de rapt (Boko Haram et autres groupuscules d’Afrique de l’Ouest), de maladie (Ebola etc…), ou de guerre civile (RDC, Centrafrique…) sont importants. Et ce constat prévaut aussi bien pour les étrangers que pour les locaux… c’est bien là le plus triste!

Le fait que je sois français et qu’Astrid soit américaine-mexicaine ne plaidant pas non plus en notre faveur dans cette région du monde, nous prendrons grand soin de tracer notre voyage aérien au dernier moment, en fonction de l’évolution des conflits. Reste que nous prévoyons certaines étapes obligatoires dans les pays suivants: Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin, Congo Brazza, Cameroun, Sao Tomé et Principe, Gabon, Kenya, Tanzanie, Madagascar.

Un an avant… les préparatifs commencent… enfin presque! ;.)

Ça y’est l’euphorie du voyage s’est indéniablement installée dans notre quotidien. Plus une journée ne se passe sans que nous parlions de notre futur road trip ou que je recherche pendant 1 ou 2 heures le véhicule qui nous permettra de mener à bien notre aventure.

Car pour le moment, la problématique demeure le transport. Après avoir initialement pensé voyager en baroudeur (back-pack), nous avons opté pour l’achat d’un véhicule. Mais lequel??? (Merci à Phil de Couic Lapinou pour ses précieux conseils ;.))

Un van de type VW T4, Toyota Hiace, ou Mitsubishi L300? Pourquoi pas. Mais le road trip pouvant quelque peu s’éterniser, ne risque-t-on pas « d’étouffer » dans ce type de véhicule?

Un camion aménagé de type Sprinter, Iveco ou J5? Pourquoi pas. Mais trouvera-t-on les pièces de partout? Quid de la consommation? Au moment de le mettre sur le bateau, le volume du véhicule ne risque-t-il pas de nous coûter cher? Si nous souhaitons nous aventurer dans des routes pas vraiment adaptées (et dieu sait que nous le voudrons ;.)))…enfin surtout moi…), un 4×4 ne serait-il pas plus recommandé?

Une camionnette 4×4 de type Land Rover Defender, Mercedes classe G ou Toyota Land Cruiser? Pourquoi pas. Mais si l’achat d’un van peut provoquer la sensation d’étouffement, un véhicule de ce type nous achèvera à coup sûr! À moins que celui-ci soit équipé d’un toit pop-up, qu’il soit rallongé etc….

Un pick-up 4×4 équipé d’une cellule? Pourquoi pas. Mais le châssis supportera-t-il autant de poids tout au long du trajet sachant que ce n’est clairement pas sa fonction primaire? Un Pick-up 4×4 de qualité, même de plus de 15 ans coûte cher. Une cellule en bon état également. Notre budget pourra-t-il assumer ces coûts?

Car le budget véhicule parlons-en… Plus que restreints, nous prévoyons investir un gros 6000 euro tout compris pour être doté d’un véhicule en parfait état de marche, aménagé et prêt à partir à l’aventure. Avec ce budget et ces prétentions… autant s’y prendre à l’avance! J’ai d’ailleurs commencer à regarder les ventes aux enchères de véhicules militaires et de pompiers… Des bons coups à faire… notamment pour les Land Rover Defender…

Le trajet maintenant. Grosso Modo… mais alors vraiment Grosso Modo, la carte ci-dessous résume notre idée initiale, à savoir commencer par l’Afrique (pour ne payer que la traversée de Gibraltar pour le véhicule), faire une boucle (avec un détour obligatoire par Sao Tomé & Principe, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Bénin et bien sûr le Congo Brazza) pour revenir en France puis partir vers le Nord Est. Après avoir traversé l’Europe de l’Est, les pays nordiques, la Russie et l’Asie, nous mettrions le véhicule sur un bateau direction le Chili. Nous continuerions pendant ce temps en back-pack, d’île en île jusqu’à l’Australie, d’où nous volerions jusqu’au Chili rejoindre notre véhicule pour commencer le tour de l’Amérique du Sud.

Bref, des idées. Beaucoup d’idées même qui demandent à être affinées… Mais après tout, l’improvisation ne fait-elle pas le charme de ce type de voyage?

La vie est si belle lorsqu’on est entouré de gens comme vous… MERCI pour cette année de rêve!

Il y a plus d’un an, j’écrivais mes dernières lignes sur ce blog. Le 10 septembre 2013 pour être exact. Et je m’y excusais déjà des 8 mois passés sans publier le moindre article.

Bon, aujourd’hui, je suis clairement inexcusable… Bien que les événements de l’année écoulée puissent justifier mon manque d’activité rédactionnelle…

En bref, la fin d’année 2013 et les 10 premiers mois de 2014 auront été le (mon) théâtre:

  • De l’installation à Ensenada de Fafa et Vivi. L’un pour lancer sa boîte de consulting en énergie renouvelable. L’autre pour entrer dans le capital du Pinche Francés et pour me prêter main forte afin d’accompagner au mieux la croissance d’un concept qui a fait des émules…
  • de la connaissance de Lucas et Vicky. Un couple argentin arrivé via CouchSurfing qui devait initialement resté 1 semaine… et qui dura finalement un an et deux mois ;.). Deux personnes à la gentillesse incomparable! Bon voyage les amis ;.)… À signaler que Phil et Michelle ainsi que toute la famille Balu sont également tombés dans le piège de la faille temporelle d’Ensenada… Ce qui nous a permis, et c’est tant mieux, de nouer de véritables liens avec eux!
  • de divers voyages en compagnie d’Astrid (qui, nous le verrons plus bas, a changé de statut au cours de cette période ;.)) à San Pedro Martir, Oaxaca, Mulege, Las Vegas…
  • du plus surprenant, du plus émotif et du plus WOOOOOOWWWW de tous les cadeaux d’anniversaire! Pour mes 29 ans, Astrid et Hugo (mon frère) ont concocté un plan magique afin de faire venir ce dernier, en toute discrétion, pendant 1 semaine à Ensenada. La mise en scène, tout bonnement exceptionnelle était la suivante. Alors que nous commencions la fête au Pinche Francés, en compagnie de Grupo Tregua et des très nombreux clients venus, comme à leur habitude le samedi soir profiter de la musique en live, Astrid débarque sur la terrasse, installe un écran fait de draps sales… et lance la projection d’un film d’une quinzaine de minute réalisé par Hugo.

Et à la fin de la projection, il débarque comme par miracle sur la terrasse! S’en suivent scènes de liesse, effusions de larmes de joies… et grosse soirée à la maison! Bref tous les ingrédients d’un anniversaire inoubliable.

  • du stage de la franginette, Sandra, au Pinche Francés. Pendant près de 4 mois, la hermanita a fait des merveilles avec la clientèle du Pinche. Son niveau d’espagnol en a surpris plus d’un et son sourire a fait vendre un nombre incalculable d’escargots et de Boeuf Bourguignon. Hier encore une cliente me demandait de ses nouvelles et se félicitait de l’avoir connu! C’est ce qu’on appelle un passage remarqué! Bravo franginette.
  • de l’enterrement de vie de garçon! 3 jours de folie à la Bahia de Los Angeles ponctuée par la finale du mondial… Mais ici s’arrêtent les commentaires ;.)
  • et enfin… de notre mariage, le 2 août! Un mariage unique où se sont côtoyées personnes du monde entier (Mexique, France, Canada, Espagne, États-Unis, Turquie, Royaume-Uni, Surinam, Uruguay, Argentine, Chili, Singapour…). Les barrières linguistiques et culturelles ont volé en éclats face aux émotions procurées par l’évènement. La pluie s’est également invitée à la fête! Une bénédiction, qui pour le coup, l’était vraiment (premier véritable jour de pluie de l’année).

J’en profite d’ailleurs pour remercier toutes les personnes qui sont venus célébrer notre mariage. Ceux d’ici et ceux de là-bas. Ceux également qui n’ont pas pu venir mais qui nous ont accompagné par la pensée. À ceux qui nous ont aidé à créer le décor, à fabriquer les petits détails, à mettre en place et à gérer la « pachanga ». Et enfin un grand merci à celles et ceux qui ont contribué à notre « carte de mariage »! Car, contrairement à de nombreux jeunes mariés, notre souhait n’est pas de nous installer… mais de parcourir le monde!

Le RDV est donc pris pour décembre 2015. Date de départ d’un tour du monde qui n’a pour le moment aucune date de retour… C’est pas beau l’amour ;.)?

D’ici là, je maintiendrai ce blog actif afin de vous tenir informé des préparatifs, itinéraires…etc…

À très vite donc!

 

Un tour du monde, combien ça coûte?

Autant être franc et direct. Il est IMPOSSIBLE de répondre à cette question.

Les nombreux blogs de voyages existant sur la toile avancent des chiffres extrêmement précis. Ces informations sont intéressantes mais à relativiser. Chaque voyageur qui entreprend un périple du type « tour du monde » a en effet des aspirations et des besoins qui lui sont propres.

Car soyons clair, selon les pays traversés, la durée du voyage, les petits extras que vous vous permettez, ou encore le type d’hébergement que vous choisissez, le budget global de votre tour du monde peut rapidement décupler. Sans compter bien entendu les imprévus qui peuvent être lourds de conséquences.

Comment déterminer au mieux les dépenses engendrées par votre tour du monde?

 

Continue reading

Le départ de Montréal s’approche… et se fête dignement!

J’ai passé trois des quatre dernières années à Montréal. Un cycle qui s’achève donc… mais dans la joie et l’euphorie d’une nouvelle aventure.

Tous mes amis montréalais, ou presque, sont venus me saluer une dernière fois. Une soirée touchante à plus d’un titre où les marques d’amitié se sont multipliées. Jamais je n’oublierai ce que chacun d’entre eux a pu faire pour moi tout au long de mon expérience québécoise.

Mais l’émotion n’a pas pris le dessus. Fort heureusement. Je n’en dirais toutefois pas autant du Ricard!

Continue reading