Tribulations d'un couple heureux!

Amérique du Nord

Guadalajara, ses environs & Guanajuato… Une belle mise en jambes!

À la question comment préparer au mieux un tour du monde, nous n’avons pas trouver meilleure réponse qu’un petit échauffement d’une semaine dans le centre du Mexique!

Et quel échauffement messieurs dames! Nous avons eu plein la vue (gros coup de coeur pour la ville de Guanajuato!!!)

Arrivée jeudi après-midi à l’aéroport de Guadalajara. Location de voiture au terme de tumultueuses négociations à cause des sempiternelles arnaques des agences (assurance Full… mais sans bris de glace… pas folle la guêpe, au vu des nombreux nids de poule qui jalonnent les routes de Jalisco). 1h à tourner en rond dans la ville, la faute à un GPS iPhone n’étant pas des plus performants et à notre sens de l’orientation encore en rodage!

Ça y’est, nous arrivons enfin chez Rodrigo! Rodrigo, c’est le cousin de Yann, l’un des nouveaux proprios du Pinche Francés. Rodrigo, c’est surtout un mec en or, qui, après avoir passé une après-midi ensemble à Ensenada, nous a ouvert les portes de son somptueux apart’ de Zapopan à Guadalajara et nous en a laissé les clés, pendant que lui partait vers d’autres horizons durant quelques jours. Nous avons toutefois profité de cette première soirée pour sortir tous les 4 (en compagnie de Lorena, sa copine) et visiter Guadalajara by night! Petit détour par la fameuse cantina La Fuente et par le restaurant Karne Garibaldi pour sa réputée « carne en su jugo ». Pour l’anectode, La Fuente affiche glorieusement au dessus de son bar une bicyclette des années 50 ayant été laissée comme garantie par un « borracho » dans l’attente de régler sa dette. Ladite dette n’ayant jamais été payée, la bicyclette a été littéralement envoyée au clou! Karne Garibaldi n’est pas en reste! Le restaurant est en effet listé dans le Guiness Book des records pour le temps de service le plus rapide au monde!

Après une bonne nuit de sommeil, grosse journée de visite de Guadalajara. Au programme: musées (celui de l’Hospicio Cabañas est vivement recommandé!), visites d’édifices anciens, repas dans le plus grand marché d’Amérique latine, j’ai nommé San Juan de Dios, passage au Consejo Regulador del Tequila pour poser quelques questions relatives à un projet futur et nouvelle perte du sens de l’orientation pour retrouver le chemin de l’apart! Sans oublier bien sûr le passage obligé à la « Plaza de las 9 esquinas » pour savourer une excellente « birria de chivo » ainsi que la visite du cimetière de Belén, à 22h, sous les ordres d’un guide friand d’histoires de fantômes et autres légendes mystiques entourant ce funeste site. (cette attraction étant désormais devenue populaire, il vous faudra vous armer de patience pour obtenir un billet (prévoyez 2 heures minimum!).

Samedi. réveil aux aurores pour décoller direction Tequila. Enfin, quand je dis décoller, c’est à prendre au second degré… il est en effet important de noter que la voiture louée n’est autre qu’une Renault Logan (en Amérique latine, les voitures Dacia sont commercialisées sous la marque Renault). Pour connaître notre itinéraire et nos visites, je vous invite à cliquer ICI. Il s’agit de mon blog consacré au Tequila et au Mezcal qui relate en détail, et en vidéo, notre visite de la casa tequilera José Cuervo!

Dimanche, direction Tlaquepaque et Tonala, à l’est de Guadalajara pour profiter de l’artisanat et des festivités du fameux Día de muertos  (le 2 novembre). Altares (sortes de podiums érigés en honneur aux défunts et étant composés de photos, aliments et objets appréciés de la personne disparue), fleurs, catrinas (la fameuse dame-squelette somptueusement vêtue et maquillée), mariachis et même rituels pré-hispaniques impressionnants réalisés par une cinquantaine de danseurs coiffés de plumes toutes plus colorées et imposantes les unes que les autres! Une journée véritablement mémorable!

Lundi matin, en route pour Guanajuato, à quelques 3 heures de voiture. Petite parenthèse pour pousser un coup de gueule aux autoroutes de la région: près de 500 pesos (28 euro) pour à peine 200 km de routes payantes. Mais une fois arrivés, autant dire que l’on ne regrette pas la dépense! Cette ville est tout bonnement magique! Il s’y dégage une « onda » des plus agréables, où se conjuguent culture mexicaine (au niveau des arts notamment avec la maison de Diego Rivera ou encore avec le famosisimo festival du Cervantino), architecture coloniale omniprésente, urbanisme unique (aux kms et kms de voies souterraines s’ajoutent des centaines de callejones (petite ruelles) dont le plus petit ne mesure pas plus de 58cm et le plus connu porte le joli nom de « callejón del beso ») et ferveur étudiante des plus décomplexées. Bref, une combinaison idéale pour une ville à taille humaine qui affiche un climat clément et une économie florissante. Les photos parlent d’elles mêmes! Petite ombre au tableau: les tours opérators qui nous ont fait perdre plusieurs heures et quelques centaines de pesos pour des anêries que je ne prendrai même pas la peine de passer en revue. Nous étions tellement exaspérés que nous avons même « séché » la dernière étape du tour, et pourtant la plus importante selon les guides: Le musée des momies. En compagnie d’un couple equatoriano-colombien, nous avons bifurqué sur notre gauche pour tomber… comble de bonheur… sur le cimetière municipal, en plein jour des morts!! Saisissant. Impressionnant. Nous y sommes resté une bonne heure où se sont mélangés foule de sentiments: joie, tristesse, curiosité, émerveillement, respect… Une « école buissonnière » que nous ne regrettons, vous l’aurez compris, pas le moins du monde!

 

Afin de nous remettre de nos émotions, petit verre au FBI (Famoso Bar Incendio) vieille cantina aux tarifs dérisoires (verre de mezcal à 15 pesos soit 80 cts d’euro) et aux toilettes bien en vue comme le montre la photo!!!

Après avoir descendu quelques bières (pour moi) et quelques mezcals (pour Astrid), nous nous séparons de nos amis sud-américains et faisons route vers les hauteurs de la ville, où nous attend Mau, el Papi, notre voisin ensenadense pendant près de 3 ans et qui se meurt au fond de son lit, malade comme un chien!

Qu’à cela ne tienne, luttant contre la nausée, il assumera à la perfection le rôle de guide toute la journée de mardi. nous amenant vers la cierra ou nous faisant visiter le musée de l’Alhondiga de Granaditas, édifice rendu célèbre pour le rôle central qu’il joua dans les prémices de l’indépendance mexicaine, en 1810.

Le soleil se couche. Après un « fuerte abrazo » al Mau, nous reprenons la route direction Guadalajara où nous attend une dernière journée de vacances. Celle-ci sera destinée à la laguna de Chapala avec la visite de sa ville éponyme et du petite village de Ajijic, réputé pour sa colonie américano-canadienne de retraités, ses murs colorés, ses nombreuses galeries d’art et son climat des plus agréables (le deuxième meilleur au monde selon un serveur quelque peu chauvin…).

Il est tard. le soleil a depuis longtemps fait place à l’obscurité. Nous rendons la voiture. enregistrons nos bagages et nous dirigeons vers la salle d’embarquement numéro 11, d’où nous nous envolerons pour retrouver une certaine routine… du moins pendant un mois…

 

Petit tour dans l’Ouest Américain, que faire en 5 jours

Bonjour à toutes et à tous! Aujourd’hui, il me fait plaisir de partager sur ce blog un article rédigé par les soins d’une lectrice assidue de ROYALITO: Sylvie, de Geoploria.com.

Aussi connu que dangereux à l’époque de la ruée vers l’or, l’Ouest Américain compte aujourd’hui parmi les régions les plus visitées des USA. Chose facile à comprendre avec ses nombreux paysages tout droit sortis des grands films de western. Conseils pour en profiter si vous ne disposez que de 5 jours.

De Phoenix au Grand Canyon (2 jours)

La première chose qui vous surprendra à Phoenix c’est le contraste entre les fameux Saguaros, d’immenses cactus, et les nombreux hôtels avec leurs jolies piscines, leurs parcours de golf et leu architecture. A Phoenix, vous aurez quasiment toujours du beau temps même en hiver et aurez l’occasion de faire le tour de la ville pour votre première journée dans l’Ouest Américain.

C’est le jour suivant que commence réellement votre découverte de cette région mythique des USA avec le Grand Canyon. Ce dernier n’est autre que le site le plus visité de la région et compte parmi les plus connus du pays. Avec son immense faille de 400km de long et de 30km de large, c’est un endroit où le voyageur se sent véritablement petit face à la nature. Vous pourrez bien sûr consacrer une journée entière à parcourir le Grand Canyon à pied, mais n’hésitez surtout pas avant de quitter le site à vous offrir une petite en hélicoptère au-dessus. Une expérience tout simplement inoubliable !

De Lake Powell à Monument Valley (1 jour)

Vous n’oublierez pas votre aventure dans le Grand Canyon, et n’oublierez certainement pas aussi les décors du Lake Powell. Il s’agit d’un lac artificiel qui surgit sous vos yeux tel une oasis en plein désert. Vous pourrez vous y offrir de belles promenades en bateau mais aussi en kayak pour découvrir ses jolies criques, ou encore faire du ski nautique. Il est même possible d’y louer un bateau alors faites-vous plaisir au moins une demi-journée.

Vous pourrez ainsi consacrer la 2nde partie de la journée à partir vers le Monument Valley. Situé en plein territoire Navajo, c’est d’ailleurs dans son décor que de nombreuses scènes de westerns ont été tournées. Il s’agit d’un endroit exceptionnel avec ses imposants monolithes qui semblent surgir de nulle par sur une terre quasi aride. Vous pourrez les découvrir en 4×4 en compagnie d’un guide de la tribu Navajo, mais rien de telle qu’une promenade à cheval pour vous mettre dans l’ambiance « far west » qui y règne !

Le Bryce Canyon et Le Zion National Park (2 jours)

Une journée peut sembler trop courte pour découvrir le Bryce Canyon, un amphithéâtre naturel parsemé de centaines de pics rocheux qui peuvent faire plus de 20m de haut. Le décor y est tout simplement fascinant. Appelés « Hoodoos » par les Indiens, ces pics animent d’ailleurs la légende locale selon laquelle il s’agissait jadis de personnes mais qui ont été transformées en pierres à la suite d’une querelle avec leur chef. Afin de bien apprécier le Bryce Canyon, il est conseillé de s’aventurer à pied ou à cheval dans la Dixie Forest car celle-ci ouvre sur le canyon et offre les plus beaux points de vue.

Sinon sachez que si vous partez en voyage dans l’Ouest Américain en été, vous pourrez assister au Bryce Canyon à des rodéos les soirs. N’hésitez également pas à vous y rendre en hiver pour profiter des décors du site en raquettes, lorsque la neige recouvre la région.

Terminez votre périple dans l’Ouest Américain par vous perdre dans la nature qui règne au Zion National Park. Contrairement à d’autres parties de la région, ici vous retrouverez une végétation luxuriante mais aussi des montagnes, des roches rouges, ainsi que des rivières. Il va de soi que la randonnée est de loin le meilleur moyen d’explorer le parc. Si vous êtes courageux, vous n’hésiterez d’ailleurs pas vous offrir le circuit Angel’s Landing, un itinéraire à flanc de falaise mais qui offre de magnifiques points de vue. Et si voulez faire dans l’insolite, parcourez la rivière Narrows à pied, avec une combinaison.

Amour & voyage… Le 5 mars 2010, un vendredi qui a changé ma vie!

Faisons une trêve. Halte aux préparatifs et au projet de tour du monde à venir. Place aux souvenirs!

Retournons à mon grand périple panaméricain de 2010. En mars. Et plus précisément le 5.

J’attends patiemment à la station de bus Greyhound de San Diego en début d’après-midi. J’attends… J’attends encore…. et je continue d’attendre… Près de 2 heures si mes souvenirs sont exacts.

Alors pourquoi me morfondre aussi longtemps assis sur mon sac à dos? Pour trois raisons.

La première: pragmatique… M’étant réveillé à Los Angeles quelques heures plus tôt avec une gueule de bois mémorable, je n’avais pas forcément l’allant nécessaire pour entreprendre une visite de la ville… Et c’est un euphémisme ;.)

La seconde: pragmatique également… Il semblerait que Lafuma ait rigoureusement étudié l’ergonomie de ses sacs à dos tant mon back-pack épousait à la perfection les formes de mon arrière-train. Pourquoi donc se priver de ce petit confort??

La troisième: irrationnelle quant à elle… Depuis de longues semaines, j’étais en contact avec plusieurs couchsurfers et couchsufeuses d’Amérique latine, dans certaines villes qui allaient jalonner mon parcours. Parmi elles, Astrid. Jolie brune mexicaine habitant Tijuana, en Basse Californie, dans l’extrême Nord Ouest du pays. Le hasard faisant bien les choses, cette dernière venait de sillonner l’Europe en « back-pack » et avait séjourné près de 3 mois dans le Sud-Ouest de la France lui permettant ainsi de s’exprimer de manière plus qu’honorable dans la langue de Molière.

Nous entretenions d’ailleurs depuis le mois de décembre des échanges Facebook réguliers portant sur des sujets aussi divers que variés. Il me tardait donc de connaître en chair et en os cette fameuse Astrid! Alors oui, elle s’est fait désirer cette Astrid… mais après tout, l’attente en valait sans doute la chandelle…

2 heures après mon arrivée, la voilà qui débarque enfin. Toute saucissonnée dans sa blouse de médecin d’un blanc éclatant. (Pour celles et ceux ne saisissant pas le terme « saucissonnée », référez-vous au paragraphe traitant du récent voyage européen d’Astrid… Vous comprendrez qu’entre la Astrid pré (celle affichée sur CouchSurfing) et post-France (celle rencontrée en chair et en os), 3 mois de fromages, pâtés, magrets de canard et pains de campagne les séparent… Ce qui nous donne, une fois convertit dans le système métrique… une bonne dizaine de kilos!!

Bref, elle s’excuse, gênée, du retard et m’explique qu’elle a été retenue à la fac de médecine et que la traversée de la frontière s’est éternisée deux bonnes heures. Je lui réponds qu’elle n’a pas à s’inquiéter. Que tout va bien.

Je la sens rassurée. Apaisée presque. Et là, soudain, elle me décoche un sourire. Ce genre de sourire contagieux, empreint de joie sincère et de caractère. Ce genre de sourire qui me rappelle que les conversions au système métrique perdent soudainement toute importance. Ce genre de sourire qui invite au partage. Un sourire simple. Un sourire heureux.

Me voilà tout guilleret, littéralement conquis par ce sourire enchanteur. Malheureusement la gueule de bois ne demeure jamais bien loin… et alors qu’Astrid avait prévu un petit pic-nic sur la plage de Coronado, à San Diego… là voilà qui resurgit! C’en est trop! Impossible de séduire mon saucisson préféré dans ces conditions. Nous décidons de rentrer. Stop au K-Mart de San Ysidro pour acheter la nourriture des chiens (40% moins cher aux US qu’au Mexique) et nous traversons à Tijuana, direction la maison familiale Palacios Aguilar.

Mon état ne me permettant pas d’élaborer de longs discours (ni la moindre bribe par ailleurs), j’abrège le dîner prétextant une petite gastro et monte me coucher.

Nous sommes le 6 mars 2010. Je fais la connaissance en bonne et due forme de la famille d’Astrid. Et plus tard ce jour-là, nous échangerons notre premier bisou sur un banc du parc El Lago… Ce même banc sur lequel, deux ans et demi plus tard, le 28 octobre 2012 pour être exact, j’allais la demander en mariage…

Et le 2 août 2014, nous débutions, ensemble et avec un enthousiasme non dissimulé, ce que le philosophe danois Kierkegaard qualifie de « voyage de découverte le plus important que l’homme puisse entreprendre »: Le mariage…!

Alors après ça, qu’est-ce qu’un tour du monde en 4L…

Les signes ne trompent pas…

Début décembre 2014. Ensenada s’habille de gris et daigne nous offrir cette fameuse radée tant attendue.

Espérons que cette pluie permettra d’atténuer les dommages déjà catastrophiques engendrés par la sécheresse historique de cette année (coupures d’eau généralisées, agriculture…)

Le mois commence donc bien… et puisque qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule…
Nous avons eu la visite de 4 familles de routards: Les lillibusiens suivis quelques jours plus tard par la famille Brimaud, imités à leur tour par la famille Tison et les Migati.

De belles rencontres, de nombreuses histoires (je vous invite d’ailleurs vivement à consulter leurs blogs respectifs) et quelques moments de franches rigolades… notamment lors d’un bon gros repas au Pinche Francés. Au menu: Boeuf Bourguignon, Mijoté de Porc, escargots, crêpes et tartes au citron… sans oublier le petit rouge et le café ;.).

Une excellente soirée! Aujourd’hui, ils sont quasiment tous partis poursuivre leurs rêves d’évasion et d’aventures…
Pour nous, la coïncidence est trop grande. Les signes ne trompent pas… Le voyage approche à grands pas! L’excitation monte et les préparatifs commencent à accaparer nos esprits! Ça y’est la pré-aventure est là!

Et pendant ce temps-là, à Ensenada…

8 mois… 8 longs mois que ce blog n’a pas été nourri de contenu. Aucun article, aucune photo et encore mois de vidéo… bref, le néant !

La faute à qui ? La faute à QUOI plutôt… Depuis mon dernier post, notre « bébé » a en effet vu le jour : Le Pinche Francés.

Bistrot novateur et quelque peu déluré, Le Pinche Francés a ouvert officiellement ses portes le 5 juin 2013… Grâce à l’aide des français d’Ensenada, des amis locaux et de passage, de la famille et surtout de ma tendre (et caractérielle ;.)) moitié.

Le succès obtenu a dépassé toutes nos espérances … à tel point qu’un petit frère devrait bientôt voir le jour… ;.)

Pendant ce temps, en quelques mots :

  • En compagnie de la Madre et du beau-père, nous avons parcouru pas moins de 5000 km en trois semaines (Yucatan, Quintana-Roo, Campeche, Chiapas, Baja California, Las Vegas…). Un road-trip épuisant mais ô combien inoubliable. Parmi les anecdotes à retenir: nous avons nagé avec les loups de mer et les requins baleines. Nous avons été « gentiment » racketté par des pseudos-zapatistes au Chiapas. La Madre et le Beau-Père ont cuisiné plus d’une journée pour proposer un menu spécial aux clients du Pinche Francés. Succès incontestable! Nous avons pris quelques fous rires à cause d’un perroquet quelque peu bavard à la Bahia de Los Angeles. Nous avons été réveillé par les cris des singes hurleurs à Palenque alors que nous dormions tranquillement dans une cabane au beau milieu de la jungle. Et bien sûr… nous n’avons rien gagné à Las Vegas! ;.))
  • Notre chère Mazda a rendu l’âme sur la route de Las Vegas… là même où, quelques mois plus tôt, Fafa avait déjà « tué » notre Van… Il y avait le triangle des Bermudes… il y a désormais celui du Nevada…
  • Ma chérie est officiellement devenue médecin
  • Après avoir tenté de croiser Kila avec 2 boxers aux couleurs traditionnelles (blanc et marron)… elle a accouché de 9 chiots…. noirs aux têtes mi-labrador, mi-caniche…
  • J’ai eu droit à une magnifique mise en scène pour mon anniversaire. Un grand bravo aux producteurs : Astrid et Fafa… Un grand week-end que celui-ci d’ailleurs: (Anniversaire, Baja 500, inauguration privée du Pinche Francés)
  • Petite virée ski avec Alex à Big Bear, Californie… Priceless!
  • L’équipe du Pinche Francés s’est agrandie et compte désormais 6 employés !

 

Bref, 8 mois chargés. Bien chargés même : de travail bien évidemment, mais surtout d’émotions et d’aventures. À suivre donc…

Fêtes de fin d’année 2012…. en jetski!

Rebelote…

Il aura fallu attendre une nouvelle fois 7 mois avant qu’un nouvel article soit publié sur ce blog.

Ne boudons pas notre plaisir et plongeons nous dès à présent dans ces quelques semaines riches en émotions et aventures en tout genre.

Avant cela, j’aimerais adresser un grand merci au Grand Journal du Mexique qui a publié récemment un article au sujet de mon nouveau projet d’affaires: LE PINCHE FRANCÉS (pour lire cet article, CLIQUEZ ICI).

Revenons à nos moutons… ou plutôt à nos borregos…

Le 19 décembre 2012, 4 français atterrissent à San Diego en provenance de Montréal. Florence, Anthony, Vivi et Ben. Au programme, visite d’Ensenada et de ses environs, de Los Angeles (Californie)… et bien évidemment de l’incontournable Bahia de Los Angeles tout au sud de la Baja California.

À cette occasion, j’avais fait l’acquisition de deux jet-skis histoire de passer les fêtes de fin d’année les fesses dans l’eau et de vivre quelques sensations fortes.

On embarque à 7 dans le pick-up (le beau-frère en profitant pour se joindre à nous) spécialement agencé pour l’occasion: 5 passagers dans l’habitacle, 2 allongés dans la « caisse » et la remorque où reposent les 2 jet-skis solidement accrochée au « jalon » . Un grand merci à l’abuelito Pepe qui nous a gentiment prêté son « camper » afin d’éviter quelques coups de froid aux passagers arrières.

Hormis les quelques pannes évitables des jet-skis (merci Antho..;.)), le voyage fut une franche réussite. Beau temps, climat agréable pour la saison, poisson au RDV lors de notre pêche « manuelle », paysages toujours aussi magnifiques, Blanc de zinfandel & bières Pacifico en masse…. bref, tous les éléments étaient réunis pour passer d’excellentes vacances! Sans oublier l’ambiance incroyable entre les convives ;.)

Quelques jours plus tard, et après avoir dignement fêté le nouvel an en compagnie de Vivi (Ben étant à San Francisco et les deux tourtereaux de retour au bercail) au Hussong’s puis chez Oscar (où nous avons savouré notre bière brassée maison 2 semaines auparavant  la Memerzco), la routine reprend ses droits. Les invités tente de s’acclimater aux températures exceptionnellement froides (-36 degrés celsius) tandis que nous profitons de notre toute nouvelle machine Nespresso (merci Soso) sur la terrasse au coucher du soleil…

2013 débute plutôt bien…

Baja 500, Ensenada de Todos, Bahia de Los Angeles… Passage en revue des dernières activités en Basse-Californie

Nous nous étions quittés sur un post relativement consistant ce 1er juin. La faute à 7 mois de disette.

Hors de question que cela se reproduise. Voici donc un « rapide » condensé de ce qui s’est passé au cours de ces 40 derniers jours.

Continuer la lecture

Mes 7 premiers mois mexicains…

7 mois. 7 mois que mon blog n’a pas été actualisé. Une véritable honte !

Rapide condensé donc de mes 7 premiers mois de résident mexicain et des diverses aventures et anecdotes qui ont rythmé mes journées basse-californiennes !

Continuer la lecture

L’Arizona… ou comment finir la Route 66 en apothéose!

Au petit matin, glacé jusqu’aux os, je me prends un grand café, m’habille chaudement puis reprends la route en direction de Flagstaff, en Arizona.
Malgré le peu de distance qui sépare mon point de départ de ma ville d’arrivée, je vais mettre une grosse journée pour y arriver (et pourtant sans faire le Grand Canyon que je réserve pour un voyage ultérieur avec la famille).

En effet, sur la route, outre les villages aux stations essence et motels abandonnés (Jackrabbit, Twin Arrows), je croise des paysages fantastiques, notamment le « Painted Desert », un parc national où la vue est juste incroyable (voir photo) et où l’on croise… des troncs d’arbres fossilisés (Petrified Forest) ! C’est magnifique et tellement surprenant de voir qu’un arbre ayant « vécu » il y a près de 200 millions d’années se transforme finalement en pierre précieuse…

Continuer la lecture

Texas & Nouveau Mexique… avec une étape coup de cœur à Albuquerque !

Une fois de plus, je me lève à l’aube. Je travaille un peu, prends un bon café et me dirige vers le musée de la route 66 qui se trouve à la sortie de Clinton. On peut trouver ce type de musée dans de nombreuses villes tout au long de la mythique route, mais selon certains sites web, celui-ci vaudrait particulièrement le détour. C’est vrai.

Continuer la lecture