Tribulations d'un couple heureux!

abidjan

Dakar-Abidjan… embarquement… presque immédiat!

Lundi 29 février 2016. 23h30. Après avoir pris congé de Corentin, notre hôte dakarois avec qui nous avons passé 3 belles journées, nous prenons place dans un taxi direction l’aéroport Sédar Senghor où nous attend un vol direct pour Abidjan. Le départ prévu à 3h45 le mardi 1er mars est finalement reporté à 7h. Puis un représentant d’Arik Air nous informe à 5h qu’une navette vient d’arriver pour nous emmener à l’hôtel Ngor Diarama où une chambre et le petit déjeuner nous attendent. La même navette était censée revenir nous chercher vers 11h. Finalement on nous annonce que le déjeuner sera inclus puisque la navette a été reprogrammée à 19h (les problèmes techniques sur le vol semblant s’éterniser). À 19h, la blague continue: « C’est bon l’avion est à Accra. Pour votre confort, nous vous invitons à passer une nuit de plus à l’hôtel. Vous pourrez bien évidemment profiter du dîner et du petit déjeuner. Sachant que tout est réglé au niveau de l’avion, votre navette partira demain à 8h ».

Et puisque les blagues les plus courtes ne sont semblerait-il pas les meilleures… on nous signifie à 8h que le départ est remis à 13h30.

Il ne nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience et profiter au maximum des infrastructures de l’hôtel pour se relaxer et enchaîner les heures de travail.

À 13h30… ou plutôt 13h50, la navette arrive. Et une fois arrivés à l’aéroport… Ô surprise… nous apprenons qu’Arik Air a affrété un Boeing 737 d’une capacité de 139 places… pour seulement 5 personnes. Je profite de ces quelques lignes pour tirer un grand coup de chapeau à la compagnie, qui, malgré les nombreux incidents qui se sont succédés, a parfaitement su gérer la crise, mettant toujours l’emphase sur le confort et la satisfaction du client. Bon, relativisons tout de même… nous n’étions pas pressés…;.)

Arrivés sur le tarmac, la chaleur humide et étouffante d’Abidjan nous pris par surprise. Le climat était bien différent. Et il ne nous faudra pas plus de 2 minutes pour nous rendre compte que le climat social l’était tout autant. Les gens sont souriants, sympathiques et respectueux. Et la soirée que nous passerons en compagnie de nos deux compères Olivia (avec qui j’ai étudié à Montréal) et Jean-Stéphane (son mari bien buena onda) ne fera que renforcer ce sentiment d’être tombé dans un monde totalement différent.

Au passage, nous adressons un grand MERCI à Olivia et Jean-Stéphane pour leur accueil princier! Ils nous ont vraiment enjaillés et se sont décarcassés pour nous faire découvrir un Abidjan bien différent de celui dépeint dans la médias. Une ville pleine d’opportunités (commerciales et sociales) où il fait bon vivre. Amis cadres européens et québécois… à bon entendeur…

Les 2 premiers jours de notre séjour abidjanais seront consacrés à la visite des principaux attraits touristiques de la ville. Nouveau petit coup de cœur au passage pour l’équipe de l’Office du Tourisme d’Abidjan. Trois femmes d’une gentillesse, d’un humour et d’un professionnalisme surprenants. Nous repartirons de là-bas 1 heure après notre arrivée, chargés de 2 t-shirts, un chapeau, un poster et une quantité d’informations précieuses pour la suite de notre périple ivoirien. (Voici les coordonnées de cet Office du Tourisme pas comme les autres: +225 20 25 16 00 – infos@cotedivoiretourisme.ci)

Revenons à notre parcours donc… Hôtel Ivoire, le Plateau (Cathédrale St Paul, Stade FHB, Place de la République, Boutique Orange… pour l’achat d’une puce (500 CFA)…), marché Cocody… mais surtout visite du Parc Naturel du Banco. Une forêt tropicale de 3400 hectares en plein cœur d’Abidjan! Même si nous n’avons pas eu la chance de tomber sur l’une des 11 familles de chimpanzés du Parc, ni sur un groupe de Mangoustes, nous avons passé d’excellents moments en compagnie de notre guide, Sébastien (numéro: +225 06 63 54 40). Visite que nous recommandons vivement! Après avoir cumulé plus de 20km de marche sur ces deux jours (dont un quart en tongues…;.)), il va sans dire que les apéros & dîners partagés avec Olivia et Jean-Stéphane en fin de journée tombaient à point nommé!

Nous consacrerons la journée de samedi à la découverte du village culturel de Ki-Yi Bock fondé il y a plus de 30 ans par Were Were Liking (villagekiyi@gmail.com), une artiste camerounaise internationalement reconnue, notamment pour son rôle dans Les Reines Mères. Après avoir passé en revu les activités du village en compagnie de Tia, un jeune danseur-marionnettiste de Man, dans l’Ouest du pays, nous sommes invités par celui-ci à la représentation spéciale offerte par leur troupe en soirée pour les acheteurs festivaliers d’Afrique Centrale et d’Afrique de l’Ouest. Une soirée magique! Coïncidence ou clin d’œil du destin, ce samedi 5 mars marque également le jour de notre rencontre, 6 ans plus tôt…

Dimanche, c’est plage avec les Kipré!!! Poulet braisé et poisson au lait de coco sur la route de Grand Bassam. Après s’être fait secoué par les vagues d’un Atlantique quelque peu virulent, nous rentrons au bercail. Petit arrêt sur le chemin à Port Bouet, et plus précisément sur la base du 43ème BIMa (Bataillon d’Infanterie de Marine) de l’Armée française. Pourquoi? Car mon père y fit son service militaire… il y a près de 35 ans maintenant!! Visite malheureusement interdite, mais comme le pater est un ancien de la maison, j’ai quand même le droit à une petite photo…;.)

Et voici une nouvelle semaine d’écoulée. Demain lundi, nous ferons le tour des ambassades afin de solliciter les visas nécessaires pour les 3 mois à venir (Ghana, Togo et Bénin), et mardi… départ pour Yamoussoukro!

Vol Arik de Dakar à Abidjan - un Boeing 737 pour nous 5! DSCN0922 DSCN0925 DSCN0932 DSCN0937 DSCN0945 DSCN0947 DSCN0975 DSCN0978 DSCN0988 DSCN0994 DSCN0967 DSCN0998P1050708 DSCN1008 P1050729 P1050735 P1050740 P1050747 P1050772 DSCN1015 DSCN1019