Tribulations d'un couple heureux!

côte d’ivoire

AFRIQUE: notre classement 200% subjectif!

Nous voici rendus au terme de notre périple panafricain.

De celui-ci, nous retiendrons nombre d’enseignements, conserverons un carnet d’adresses bien rempli ainsi qu’une tête pleine de souvenirs.

Cette expérience, nous l’avons vécue pleinement, avec ses hauts et ses bas. Avec ses incompréhensions et ses tensions. Avec émotion et avec raison. Bref, nous l’avons vécue! Et pas qu’un peu!!!

Ce qui nous permet aujourd’hui d’élaborer cette petite liste tout à fait subjective de nos coups de cœur et de nos coups de gueule. Nous avons fait des amalgames et nous les assumons à 100%. Nous ne sommes pas des saints ;.). Quoi qu’il en soit, cette liste n’engage que nous et se base sur une réalité que nous avons vécue pendant plus de 6 mois! Quelle réalité? Celle que nous avons vécue en tout cas, celle de deux blancs baroudeurs tentant de vivre autant que faire se peut le quotidien des locaux. Toutes classes sociales confondues.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons les pays visités, dans l’ordre chronologique de notre périple : Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Cameroun, Tanzanie, Zimbabwe, Madagascar, Afrique du Sud

  • Les plus grandes richesses naturelles : Cameroun, Tanzanie, Madagascar
  • Les plus grandes richesses culturelles : Bénin
  • Le coup de cœur humain : Bénin et Zimbabwe
  • Le coup de cœur pour les enfants : Côte d’Ivoire et Bénin
  • La gastronomie la plus variée : Madagascar. Outre les nombreux plats mixant recettes africaines, asiatiques et européennes, les étales des marchés regorgent de variétés de fruits et légumes jamais rencontrés jusqu’alors.
  • Les meilleurs produits laitiers : Madagascar!! On trouve des yaourts maison et des fromages artisanaux à chaque coin de rue!
  • Notre plat préféré : Côte d’Ivoire. Le Garba. sans doute le plus simple… mais tellement bon
  • Le pays où on peut manger les trucs les plus bizarres : le Cameroun! (on y a mangé du serpent, des charançons etc…)
  • Les meilleures bières : Cameroun. Pas de bières artisanales (sauf les bières de mil…) mais une grande diversité de bières commerciales à des prix défiants toute concurrence. Comble de chance, quelques semaines avant notre venue, un ministre avait décrété que la bière de 500mL devait coûter seulement 500 CFA (1 euro vaut 650 CFA)… Reste que ma bière commercial favorite est : La Libertalia, de Madagascar!
  • La meilleure musique : Côte d’Ivoire. Néanmoins, même si nous n’y avons pas été, force est de constater que la musique nigériane est très populaire à travers tout le continent, et certains morceaux sont particulièrement sympas (je vous invite notamment à visionner entièrement CE CLIP.
  • Les meilleurs joueurs de pétanque : Madagascar! Tout bonnement impressionnant!
  • Le pays le plus pollué : Sénégal
  • Les opportunités d’affaires : Cameroun pour le tourisme (si on prévoit un bon budget corruption…). Abidjan (Côte d’Ivoire) semble aussi être une plaque tournante importante pour le commerce ouest-africain. Si vous savez comment contrer les méthodes drastiques des libanais : foncez!
  • Le meilleur aéroport : Johannesburg (Afrique du Sud)
  • Les meilleurs transports : Bénin (Ayant loué une voiture en Afrique du Sud, il nous est impossible de juger de la qualité de leurs transports).
  • Les meilleures routes et autoroutes: Afrique du Sud… et de loin!
  • Les pires routes et autoroutes : Madagascar! Pas tant pour la qualité des taxi-brousses qui peuvent être relativement confortables voire même offrir un service wi-fi (que nous n’avons pas eu la chance de tester ;.))… mais pour l’état des routes… qui fait qu’un trajet de 240km se transforme en un véritable voyage de 12 heures!!!
  • Les meilleures infrastructures: Afrique du Sud… sans surprise!
  • La plus grande diversité architecturale : Madagascar
  • Meilleur endroit pour relaxer : Île aux Nattes, Madagascar
  • Le meilleur pays pour les baroudeurs à petits budgets et pas pressés : Madagascar
  • Les plus jolies femmes : Sénégal
  • Le pays où le choc culturel, social et mercantile est le moins important pour un européen : Afrique du Sud
  • Le pays où le choc culturel et social est le plus important pour un européen : Sénégal (pour nous c’était le premier pays, et on l’a pris en pleine face le choc culturel ;.))
  • Endroit où l’insécurité s’est faite ressentir: Johannesburg (Afrique du Sud)… et uniquement dans cette ville! Pour les personnes doutant de la sécurité dans les pays africains, sachez que dans ceux que nous avons parcouru, à AUCUN moment nous n’avons ressenti la moindre animosité à notre encontre.
  • Pays où il y a le plus de mendicité: Sénégal et Madagascar
  • Pays où les touristes sont pris pour des pigeons : Tanzanie et Sénégal
  • Pays où les touristes ne sont PAS pris pour des pigeons : Cameroun. D’autant plus surprenant que ce pays est de loin le plus corrompu que nous ayons visité. Chapeau donc aux locaux qui ne répercutent pas les défaillances de leur systèmes sur les quelques blancs de passage! Et aussi Zimbabwe!
  • La capitale la plus attrayante: Abidjan et Cape Town (qui, ceci soit dit en passant… ne sont pas des capitale ;.))
  • Le pays que nous ne recommanderons pas : Sénégal
  • Le pays qui ne nous a rien laissé de particulier : Togo
  • Le goût pour la fête le plus prononcé : Cameroun et Côte d’Ivoire ex-aequo
  • Les dragueurs : Cameroun
  • La langue la plus surprenante: le Xhosa, en Afrique du Sud (voir une vidéo ICI)
  • La pire équipe de foot : bon, nous n’avons vu qu’un match (Togo-Tunisie)… mais le niveau était affligeant (du style OM-Troyes…). Je vais donc dire : TOGO!
  • Les pires joueurs de PES (Pro Evolution Soccer) : Sans la moindre hésitation…. CAMEROUN! ;.), et principalement les joueurs issus de l’ethnie Beti…. ;.)… quant au meilleur, la palme revient à Jean-Stéphane Kipré (Abidjan, Côte d’Ivoire)… qui m’a mis 75 déculottées consécutives!!!
  • Les gos les plus chocos: Côte d’Ivoire ;.)))))

Ceci étant dit, je dois dire qu’à l’aube de décoller pour l’Inde, je ressens un petit pincement au cœur. Une forme de nostalgie. Allez savoir pourquoi, mais je me prends à écouter Espoir 2000 (calculeuse), Petit Yodé et l’Enfant Siro (victoire), Eddy Kenzo (Mariaroza) ou encore Franko (coller la petite)…. tout en me remémorant les excellents souvenirs de Côte d’Ivoire, du Bénin et du Cameroun. À n’en pas douter j’éprouverai d’ici peu ces mêmes émotions pour le Zimbabwe et Mada, pays que nous avons véritablement « kiffés », mais au moment où j’écris ces quelques lignes mon esprit flâne quelque part entre Man et Ngaounderé.

J’en profite également pour adresser une nouvelle fois mes plus sincères remerciements à toutes les personnes qui, sur notre passage, nous ont aidés. Qu’il s’agissent de collègues d’université, d’amis d’amis ou de parfaits inconnus, ils ont fait partie intégrante de notre aventure à un moment ou à un autre et l’ont enrichi d’une manière ou d’une autre! Merci. Merci à tous. Merci à l’Afrique… et à très bientôt!

Dakar-Abidjan… embarquement… presque immédiat!

Lundi 29 février 2016. 23h30. Après avoir pris congé de Corentin, notre hôte dakarois avec qui nous avons passé 3 belles journées, nous prenons place dans un taxi direction l’aéroport Sédar Senghor où nous attend un vol direct pour Abidjan. Le départ prévu à 3h45 le mardi 1er mars est finalement reporté à 7h. Puis un représentant d’Arik Air nous informe à 5h qu’une navette vient d’arriver pour nous emmener à l’hôtel Ngor Diarama où une chambre et le petit déjeuner nous attendent. La même navette était censée revenir nous chercher vers 11h. Finalement on nous annonce que le déjeuner sera inclus puisque la navette a été reprogrammée à 19h (les problèmes techniques sur le vol semblant s’éterniser). À 19h, la blague continue: « C’est bon l’avion est à Accra. Pour votre confort, nous vous invitons à passer une nuit de plus à l’hôtel. Vous pourrez bien évidemment profiter du dîner et du petit déjeuner. Sachant que tout est réglé au niveau de l’avion, votre navette partira demain à 8h ».

Et puisque les blagues les plus courtes ne sont semblerait-il pas les meilleures… on nous signifie à 8h que le départ est remis à 13h30.

Il ne nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience et profiter au maximum des infrastructures de l’hôtel pour se relaxer et enchaîner les heures de travail.

À 13h30… ou plutôt 13h50, la navette arrive. Et une fois arrivés à l’aéroport… Ô surprise… nous apprenons qu’Arik Air a affrété un Boeing 737 d’une capacité de 139 places… pour seulement 5 personnes. Je profite de ces quelques lignes pour tirer un grand coup de chapeau à la compagnie, qui, malgré les nombreux incidents qui se sont succédés, a parfaitement su gérer la crise, mettant toujours l’emphase sur le confort et la satisfaction du client. Bon, relativisons tout de même… nous n’étions pas pressés…;.)

Arrivés sur le tarmac, la chaleur humide et étouffante d’Abidjan nous pris par surprise. Le climat était bien différent. Et il ne nous faudra pas plus de 2 minutes pour nous rendre compte que le climat social l’était tout autant. Les gens sont souriants, sympathiques et respectueux. Et la soirée que nous passerons en compagnie de nos deux compères Olivia (avec qui j’ai étudié à Montréal) et Jean-Stéphane (son mari bien buena onda) ne fera que renforcer ce sentiment d’être tombé dans un monde totalement différent.

Au passage, nous adressons un grand MERCI à Olivia et Jean-Stéphane pour leur accueil princier! Ils nous ont vraiment enjaillés et se sont décarcassés pour nous faire découvrir un Abidjan bien différent de celui dépeint dans la médias. Une ville pleine d’opportunités (commerciales et sociales) où il fait bon vivre. Amis cadres européens et québécois… à bon entendeur…

Les 2 premiers jours de notre séjour abidjanais seront consacrés à la visite des principaux attraits touristiques de la ville. Nouveau petit coup de cœur au passage pour l’équipe de l’Office du Tourisme d’Abidjan. Trois femmes d’une gentillesse, d’un humour et d’un professionnalisme surprenants. Nous repartirons de là-bas 1 heure après notre arrivée, chargés de 2 t-shirts, un chapeau, un poster et une quantité d’informations précieuses pour la suite de notre périple ivoirien. (Voici les coordonnées de cet Office du Tourisme pas comme les autres: +225 20 25 16 00 – infos@cotedivoiretourisme.ci)

Revenons à notre parcours donc… Hôtel Ivoire, le Plateau (Cathédrale St Paul, Stade FHB, Place de la République, Boutique Orange… pour l’achat d’une puce (500 CFA)…), marché Cocody… mais surtout visite du Parc Naturel du Banco. Une forêt tropicale de 3400 hectares en plein cœur d’Abidjan! Même si nous n’avons pas eu la chance de tomber sur l’une des 11 familles de chimpanzés du Parc, ni sur un groupe de Mangoustes, nous avons passé d’excellents moments en compagnie de notre guide, Sébastien (numéro: +225 06 63 54 40). Visite que nous recommandons vivement! Après avoir cumulé plus de 20km de marche sur ces deux jours (dont un quart en tongues…;.)), il va sans dire que les apéros & dîners partagés avec Olivia et Jean-Stéphane en fin de journée tombaient à point nommé!

Nous consacrerons la journée de samedi à la découverte du village culturel de Ki-Yi Bock fondé il y a plus de 30 ans par Were Were Liking (villagekiyi@gmail.com), une artiste camerounaise internationalement reconnue, notamment pour son rôle dans Les Reines Mères. Après avoir passé en revu les activités du village en compagnie de Tia, un jeune danseur-marionnettiste de Man, dans l’Ouest du pays, nous sommes invités par celui-ci à la représentation spéciale offerte par leur troupe en soirée pour les acheteurs festivaliers d’Afrique Centrale et d’Afrique de l’Ouest. Une soirée magique! Coïncidence ou clin d’œil du destin, ce samedi 5 mars marque également le jour de notre rencontre, 6 ans plus tôt…

Dimanche, c’est plage avec les Kipré!!! Poulet braisé et poisson au lait de coco sur la route de Grand Bassam. Après s’être fait secoué par les vagues d’un Atlantique quelque peu virulent, nous rentrons au bercail. Petit arrêt sur le chemin à Port Bouet, et plus précisément sur la base du 43ème BIMa (Bataillon d’Infanterie de Marine) de l’Armée française. Pourquoi? Car mon père y fit son service militaire… il y a près de 35 ans maintenant!! Visite malheureusement interdite, mais comme le pater est un ancien de la maison, j’ai quand même le droit à une petite photo…;.)

Et voici une nouvelle semaine d’écoulée. Demain lundi, nous ferons le tour des ambassades afin de solliciter les visas nécessaires pour les 3 mois à venir (Ghana, Togo et Bénin), et mardi… départ pour Yamoussoukro!